Si quand vous prononcez les mots « Économie Sociale et Solidaire », vous sentez que l’attention de votre auditoire s’évade, il va falloir ruser !
Parlez plutôt d’ « EVA », cette chouette Entreprise à Valeur Ajoutée, qui produit des biscuits, des trottinettes, des tentes, des vêtements ou des jouets !
Composez plusieurs équipes de 3 à 6 joueurs et lancez-les dans l’aventure : elles découvriront avec vous les principes de l’économie sociale et solidaire (ESS).

  • Etape 1 : Vous procurer le jeu : RDV sur le site de la SADEL pour le commander et où ici pour télécharger une version gratuite à imprimer soi-même.
  • Etape 2 : Vous familiariser avec le guide d’animation
    (Attention : si vous ne connaissez rien à l’Economie Sociale et Solidaire, animer EVA ne s’improvise pas à la dernière minute!)
  • Etape 3 : Consultez ici 👇 les ressources pour vous aider dans l’animation

Boîte à outils

INTRODUCTION: tempête de cerveaux sur l'ESS (ou « brainstorming » pour les anglophiles)

Plusieurs possibilités :

  • La classique méthode du post-it :
    Demandez à chaque équipe de réfléchir à 5 mots clés qui définissent l’économie sociale et solidaire selon eux puis d’écrire ces 5 mots clés sur des post-it (une idée par post-it). Collectez les post-it en les collants sur un mur… Vous avez maintenant une photographie de la vision des joueurs en début de jeu !
  • Le jeu du dictionnaire :
    Demandez à chaque équipe d’écrire une définition de l’économie sociale et solidaire sur un papier, en imitant le style d’une définition de dictionnaire.
    L’animateur écrit la vraie définition sur un papier et collecte l’ensemble.

    Puis il mélange et lit toutes les définitions à la suite : les équipes doivent ensuite voter pour la définition qui leur semble la bonne.
    (ex : Proposition de définition empruntée à la CRESS Pays de la Loire : «L’Économie Sociale et Solidaire (ESS) est une économie au service des territoires, rassemblant les entreprises qui cherchent à concilier activité économique et utilité sociale.»)
CARTES CRÉATIVITÉ

1. Création d’entreprise
Les équipes bloquent avec l’intégration du mot EVA ?
Proposez-leur des exemples : Rêva pour des tentes / Julien et Valentine pour des biscuits maison / Vas et viens pour des bicyclettes / Evasion pour des vêtements sportifs…
et si le défi est trop dur, tant pis, ce n’est pas l’essentiel !

2. Communication:
Un peu de temps ? Laissez les équipes s’amuser sur un logiciel en ligne pour créer leur logo en quelques clics et s’approprier davantage leur entreprise:
par exemple CANVA: https://www.canva.com/

CARTES RESSOURCES HUMAINES

1. Gouvernance :
Si vous avez du temps pour prolonger la réflexion et que le niveau de vos joueurs le permet, vous pouvez aller jusqu’à leur demander de déterminer le statut de leur entreprise.
Voici quelques éléments :
– Un tableau synthétique pour mieux comprendre la place des instances dirigeantes dans l’entreprise selon les formes juridiques.
https://www.avise.org/sites/default/files/atoms/images/20151027/le-statut-social-du-dirigeant-selon-la-forme-juridique.jpg
– Un tableau sur les statuts juridiques et leurs principales caractéristiques

Entreprises commerciales :

Statut Atouts Limites Gouvernance
SA
Société Anonyme
  • Vue comme un gage de sécurité par les investisseurs

  • Facilité d’augmentation du capital (actions)

  • Surtout pour les grands projets :

capital minimal 37 000 €

  • Lourd à mettre en place :

7 actionnaires minimum, assemblée générale, CA ou directoire, conseil de surveillance, commissaire aux comptes…

CA, élu par lors d’une l’AG, nomme le PDG

SARL
Société à Responsabilité Limitée
  • Pas de capital minimal
    2 associés suffisent

  • Responsabilité des associés limitée au montant de leur apport

  • Certains partenaires financiers peuvent exiger des associés qu’ils se portent personnellement caution, ce qui annule la limitation de leur responsabilité.

  • Le gérant peut être tenu responsable des dettes sociales en cas de faute de gestion.

Un ou plusieurs gérants, associés ou non, désignés par les associés (à la majorité des parts sociales)

SAS
Société par actions simplifiée
  • Idem SARL

  • 1 associé minimum

  • Souple dans son fonctionnement

  • Très grande souplesse qui peut donner lieu à des dérives.

Un président unique, actionnaire ou non

Liberté dans le mode de désignation.

Pour entrer dans le champ de l’ESS, ces entreprises commerciales doivent ensuite :

  • soit intégrer dans leurs statuts des critères leur permettant de se faire reconnaître « entreprise commerciale de l’ESS »
    • assurer une gouvernance participative
    • limiter la lucrativité
    • poursuivre un but autre que le seul partage des bénéfices
    • Rechercher une utilité sociale
      En savoir plus ? c’est par ici !
  • soit adopter un statut coopératif,
    par exemple SCOP ou SCIC (mais aussi tous les types de coopératives : de production / de consommateurs, …)
Type de statut SCOP SCIC
Particularité Les membres associés sont les salariés

Multisociétariat : possibilité d’intégrer tous ceux qui le souhaitent : clients, bénévoles, collectivités territoriales, partenaires privés, etc

Caractéristiques
  • 1 dirigeant élu par les salariés associés sur le principe 1 personne = 1 voix

  • Risques et financement partagés entre associés

  • Lucrativité limitée : une partie du résultat est automatiquement versée dans les réserves impartageables pour développer les fonds propres et assurer la pérennité de la coopérative.

– Une vidéo sur le choix de la forme juridique d’une entreprise sociale (4min) :
(plutôt en synthèse) https://www.youtube.com/watch?time_continue=14&v=ZnPG4aR7wHI

2. Equipe
Voici un exemple possible d’organigramme (mais tout dépend, bien sûr, de l’entreprise qui a été créée et des choix dans le mode de conception des produits (industriel/artisanal…), de distribution (magasin, vente en ligne …) etc)

3. Salaires
Vous voulez lancer une discussion sur la répartition des salaires ? Vous pouvez évoquer l’exemple d’une entreprise autogérée ou le salaire est unique, comme La Péniche :
https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20130909.RUE8650/salaires-egaux-pas-de-chef-a-la-peniche-l-autogestion-fonctionne.html
Cette carte peut également être le moment de parler de l’égalité des salaires entre les femmes et les hommes: « En équivalent temps plein, les femmes touchent 18,5 % de moins que les hommes, selon l’Insee. La discrimination pure serait d’environ 10 % d’après le ministère du Travail. »
https://www.inegalites.fr/Les-inegalites-de-salaires-entre-les-femmes-et-les-hommes-etat-des-lieux

4. Complémentaire santé
Qu’est-ce qu’une mutuelle de santé ? Qu’est-ce qui la différencie d’une assurance santé ?
Pour savoir si une mutuelle est vraiment une mutuelle et connaître ce qui fait la différence, RDV sur le site de la Mutualité Française : https://www.mutualite.fr/recherche-organisation/

CARTES ECONOMIE

1. Financement
Financer les investissements de départ :
Vous avez besoin d’y voir plus clair ? Consultez le Guide de l’AVISE: « Entreprises sociales et solidaires, les solutions de financement »: https://www.avise.org/sites/default/files/atoms/files/20161129/france_active_guide_financement_ess_2016.pdf
Toutefois, c’est loin d’être indispensable pour animer le jeu.
En synthèse, voici un tableau de possibilités :
Et quelques ressources pour aller plus loin :
Le portail ESSOR Pays de la Loire : mine d’or, le site recense les offres de financement et appels à projets, plateformes de crowdfunding… accessibles aux structures de l’économie sociale et solidaire des Pays de la Loire, avec un moteur de recherche permettant d’affiner la recherche en fonction des besoins. http://www.essor-paysdelaloire.org/
– Le site des CIGALES : http://www.cigales.asso.fr/club-cigales/: pour découvrir les clubs d’investisseurs solidaires
le site de France Active Pays de la Loire : financeur solidaire : http://www.fondes.fr/nos-solutions/investissement/
– Les coopératives bancaires du réseau IRESA :

2. Hausse d’activité

3. Bénéfices
> Les SCOP et SCIC ont l’obligation de répartir le résultat entre 3 catégories :
> Les associations ont l’interdiction de répartir les bénéfices entre leurs membres bénévoles… mais pas l’interdiction d’en réaliser, ce qui permet d’investir ou financer des projets.

4. Crise

Nous n’avons malheureusement pas de remède miracle à la crise ! Les entreprises de l’ESS sont aussi soumises aux lois du marché.
Par contre, la lucrativité limitée oblige les entreprises de l’ESS à plus de prudence en réinvestissant les bénéfices, s’ils existent, au sein de l’entreprise plutôt que de les redistribuer à des investisseurs extérieurs.

CONCLUSION sur l’ESS

Consultez la page « ESS » de notre site

Pour les chiffres clés sur votre territoire, RDV sur le site de la CRESS de votre Région (pour les Pays de la Loire, c’est ici )